Voilà un an, nous nous demandions ici-même si le caractère « special » de l’événement que représentent les 500 miles d’Indianapolis était justifié sur iRacing. Avec la possibilité de prendre jusqu’à huit départs dorénavant, depuis l’ajout d’une version « fixed setup », on peut toujours regretter une certaine dilution du côté exceptionnel que l’on peut retrouver sur les autres rendez-vous majeurs du calendrier.

Néanmoins, reconnaissons que cette parenthèse d’une quinzaine de jours aura apporté un brin de folie à cette fin de saison 2. Entre la nécessité de monter leur licence, en partant de Rookie pour certains, la participation à cet exercice si particulier que représente le format des qualifications pour cette épreuve et pour finir, les multiples départs possibles, ce sont en effet plus de deux semaines que nos pilotes auront consacré presque exclusivement à la préparation et à la réalisation de cet objectif.

Un objectif un peu fou pour une team dont l’ovale n’est dans les gênes que de bien peu de ses représentants, avouons-le. Et tout compte fait, reconnaissons-le aussi, ces huit départs à dispositions ne furent pas de trop pour appréhender le « Greatest Spectacle in Racing ».

Indy 500 « Fixed », l’entraînement

Fraîchement auréolés de leur licence C, nos néo-ovaleux allaient pouvoir se jeter dans le grand bain. Sans surprise, on retrouvait aux avant-postes du VEC-Simracing les deux pilotes qui ont un peu d’expérience quand il s’agit de tourner à gauche, Sylvain Moraine et Philippe Gaillard. Désireux de se frotter d’emblée aux spécialistes du quad-ovale, Sylvain se lançait dans le premier split durant la nuit de vendredi à samedi, accompagné d’Aymeric Blomme et Jérémy Hoppé, prêt eux aussi à relever le défi face aux Américains.

Des résultats prometteurs viendront accueillir cette première tentative avec notamment une neuvième place pour Sylvain dans le split 9/36 et une sixième pour Aymeric dans le split 10. Jérémy décrochera lui aussi une sixième place, le lendemain, dans le split 12/41 et Sébastien finira au mieux neuvième le dimanche dans le split 7/31.

Philippe Gaillard et Alexandre Godefroy, avec respectivement deux et trois départs, termineront systématiquement leurs courses dans le mur, le grillage ou autre élément du décors…

Indy 500 « Open », l’échauffement samedi…

Après cette mise-en-bouche, les choses sérieuses allaient pouvoir débuter. Avec les setups « ouverts » chacun allait pouvoir adapter sa monture à sa guise. D’emblée, le bénéfice se fit sentir avec une nette progression de l’ensemble de nos pilotes dans la hiérarchie des qualifications.

Cette fois encore, Sylvain Moraine et Aymeric Blomme allaient relever le challenge d’aller battre les Américains sur leur terrain, accompagnés par Sacha Fenestraz. Frustrante onzième place pour Sylvain dans le split 5/25, neuvième pour Sacha dans le split 6, alors qu’Aymeric allait décrocher le podium. Troisième dans le split 4, grosse perf’ sur laquelle il conclura sa belle quinzaine. Sylvain gagnera une place dans la course du dimanche pour ainsi obtenir son meilleur résultat avec une huitième place, tout comme Sébastien Reithmuller, respectivement dans les splits 4 et 6 sur 29.

Après avoir fini à un tour sur sa première tentative, Sacha allait hausser le ton pour le reste du week-end. Et de quelle manière! Victoire sur le fil le samedi soir avec quatre pilotes en 1.5s dans le split 5/28, avec Sylvain en ingénieur piste. Après avoir goûté une première fois au lactose américain, Sacha reviendrait dimanche. Après avoir enfin fini une course, à sa quatrième tentative, Alexandre Godefroy reviendrait lui aussi dimanche…

…le sprint final dimanche

Le hasard allait placer ces deux derniers dans le même split (5/29) pour la dernière course de cette folle quinzaine. Parti trentième sur une grille de trente-trois concurrents, Sacha allait rapidement remonter aux avants-postes alors que pour Alex la course aura bien failli s’achever dès le deuxième des deux cent tours au programme. Cinq neutralisations viendront ralentir la marche d’une course relativement limpide, permettant ainsi à Alex de recoller petit-à-petit au groupe de tête dans lequel Sacha s’est installé.

Aux abords du dernier 1/4 de course, il ne sont plus que cinq à pouvoir encore espérer décrocher les lauriers mais c’est bien Sacha, dans le duo de tête qui semble le mieux placé.  A quelques encablures, Alex attend un faux-pas des deux leaders. Et il viendra. A 33 tours de l’arrivée, tout d’abord, lorsque le leader entre en contact avec le mur. Puis le tour suivant, lorsque Sacha interprétera mal son JRT et rentrera au stand pour son dernier ravitaillement, deux tours trop tôt.

Contraint à économiser sur son dernier relais, Sacha qui finira tout de même troisième, laissait donc filer Alex vers sa bouteille de lait (caillé). Ce dernier bénéficiait d’une avance confortable sur un troisième Français (Mickaël Rodriguez) et n’avait donc plus qu’à se contenter de tourner à gauche jusqu’à franchir une dernière fois le Brickyard, en vainqueur.

C’est donc sur un double podium que s’est refermée cette improbable parenthèse au regard de l’historique du VEC-Simracing. Nul doute que l’on reverra un peu plus souvent nos couleurs sur les ovales d’outre-atlantique! En attendant, cet un fol été qui se profil avec au minimum une endurance par week-end jusqu’au 15 Août entre le VLN, l’iRacing Endurance Series, les ClubSport Summer Series by DGFX et bien évidemment les deux prochaines courses de 24h, Le Mans tout d’abord, puis Spa. Sans parler, bien évidemment de l’iELMS. L’heure est donc au repos!

A.G