La saison 3 des ClubSport Series powered by DGFX s’est achevée le week-end dernier par une course de 4H sur l’Autodromo Jose Carlos Pace à Interlagos. Petit frère de l’Endurance Series, ce championnat se veut être une porte d’entrée vers l’univers de l’endurance multi-classe. Pour autant le niveau n’en est pas moins relevé dans certaines catégories avec notamment la présence de la Mivano Simracing Team dans la classe « Club » (Mazda Mx-5) ou encore de la Team Heusinkveld en « TCR » (Audi RS3 LMS).

C’est au sein de cette dernière catégorie que le VEC-Simracing engageait deux voitures. La #127, aux couleurs de l’Agence Automobilière était pilotée par Philippe Gaillard et Sebastien Reithmuller, épaulés ponctuellement par Sylvain Moraine. De son côté, la #172 portant le blason de Maison Fenestraz était aux mains de Chris Dubreucq et Alexandre Godefroy. Sans réels repères à l’entame de la saison par rapport à la concurrence, le but était avant tout de prendre du plaisir dans un championnat qui affichait d’emblée un sérieux rassurant dans son organisation.

Manche 1: 2.4H d’Okayama, le 16/10/19

La saison s’ouvre par un coup de tonnerre! Chris Dubreucq signe le pôle en « TCR » pour quelques millièmes. La #127 prendra elle le départ de la douzième position, sur 25 engagés. Profitant de sa position en haut de la grille, la #172 prend rapidement le large et se bâti un matelas relativement confortable en quelques boucles. Mais il ne faudra pas attendre bien longtemps avant d’apercevoir le revers de la médaille.

En effet, une certaine méconnaissance de la voiture et du NTMv7 en particulier a entraîné l’équipage dans la mauvaise voie. La concurrence a mis plus de temps pour monter ses gommes à la bonne pression mais s’avérera par la suite bien plus rapide et économe.

Dès lors, une stratégie va naturellement se mettre en place au sein de la #172 pour le reste de la saison: Chris sera le « lièvre », extirpant tout le potentiel que peut lui offrir la voiture, Alex sera la « tortue », jouant avec ses capacités d’économie de carburant pour rentrer dans les différentes fenêtres stratégiques et pour s’assurer du respect des temps de conduite, synonyme de disqualification dans le cas contraire.

Résultat: P5 pour la #172 / DSQ pour la #127 (non-respect du temps de conduite)

Manche 2: 4H de Brands Hatch, le 07/12/19

Brands Hatch est un tracé accidentogène réputé. Faire cohabiter trois catégories aux performances aussi hétérogènes allait donc s’avérer un challenge intéressant mais redouté. Nettement moins à l’aise que sur la première manche, nos deux Audi RS3 LMS se sont élancées 11ème, pour la #172 et 24ème et avant-dernière pour la #127.

Dégringolade d’entrée de jeu pour Seb qui sera pris dans la mêlée du premier tour… Chris passe quant à lui entre les gouttes et se maintient à son rang en ce début de course. Mais à la fin du sixième tour, c’est le drame. Alors que la confiance commençait à s’installer, un bug monumental lui fera perdre tout contrôle de son véhicule qui braquera sans raison apparente sur la gauche, en pleine ligne droite, pour aller s’encastrer dans le mur faisant face aux stands. De longues minutes de réparation s’imposeront, pour un total de huit tours de retard.

Mais, on l’a dit, Brands Hatch est un tracé risqué pour ce genre de compétition. En effet, de nombreux incidents viendront émailler cette course, à tel point que la direction de course emploiera pour la seule fois de la saison le FCY, pour calmer les esprits. Bénéficiant de ces incidents, les deux TCR du VEC-Simracing en profiteront pour remonter patiemment au classement et ainsi aller gratter quelques points bien inespérés.

Résultat: P15 pour la #172 / P17 pour la #127

Manche 3: 2.4H de Mosport, le 11/01/20

A nouveau, un tracé qui peut s’avérer délicat. Court, vallonné, avec bien souvent une seule trajectoire exploitable. Mais Canadian Tire Motorsport ayant été quelques mois plus tôt le théâtre des diverses sessions d’évaluation des pilotes, la plus grande partie du peloton y a déjà ses marques. Mais pour certains, ce sera le saut dans le grand bain. Ainsi, Sylvain Moraine remplacera au pied levé Philippe Gaillard pour accompagner Seb.

Pour cette manche, c’est Alexandre Godefroy qui prendra en charge la qualification et donc le départ pour le compte de la #172. Parti 8ème, il conclura son relais en 5ème position, au moment de céder le volant à Chris. Mais sept tours plus tard c’est un nouvel incident technique qui envoie la #172 aux box pour près de deux minutes. Repartis 17ème, les deux compères tenteront une nouvelle fois de sauver les meubles.

Pas de chrono pour la #127. Dommage, car à la fin du premier relais Sebastien Reithmuller pointe déjà au 17ème rang sur 24 engagés. C’est à ce moment que Sylvain fait son entrée en piste et malgré le fait que la TCR soit une monture très éloignée de ce à quoi il est généralement habitué, le rythme est bon. Jusqu’à un petit sous-virage dont la RS3 a le secret… Un petit tour dans l’herbe et la dépanneuse rapatrie la #127 qui laissera ainsi échapper deux minutes malgré une voiture toujours en bon état.

Résultat: P13 pour la #172 / P14 pour la #127

Manche 4: 4H de Barcelona, le 15/02/20

Probablement la manche la plus palpitante de cette saison. Un départ et des premiers tours d’une intensité ébouriffante, le tout sous un couché de soleil époustouflant. Un régal en tant que spectateur, un bonheur en tant que pilote. La #127 est restée au garage pour ce quatrième rendez-vous, ainsi que le chat noir qui accompagnait la #172 depuis deux courses…

Parti 10ème, le couteau entre les dents, Chris Dubreucq positionne rapidement sa RS3 LMS dans la bataille pour le top 5. Alex récupère donc le volant en P6. Mais le niveau s’est nettement densifié depuis le début de saison et la moindre imprécision est synonyme de nombreuses places perdues au classement. Un travers par-ci, une roue dans l’herbe par-là et tout est à refaire…

Une fois de plus, c’est la stratégie qui va sauver le duo. S’arrêtant plus tard que tout le monde, l’Audi #172 pointe ainsi temporairement en tête et à la deuxième place à la fin des deuxième et troisième relais. La bataille est donc relancée pour les places d’honneur derrière un trio de tête intouchable. Pour ce faire, Chris héritera du volant pour un dernier sprint d’une douzaine de tours avec pour objectif d’aller gratter la 4ème place. Ce sera chose faite au terme d’un final haletant avec un dépassement définitif au début de l’avant-dernier tour. Meilleur résultat de la saison.

Résultat: P4 pour la #172 / DNS pour la #127

Manche 5: 2.4H de Pillip Island, le 07/03/20

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le tracé australien n’est pas le jardin de Philippe Gaillard mais bien celui de Sylvain Moraine, qui remplace Seb Reithmuller sur la #127 pour cette manche. Toujours très à l’aise ici quelle que soit sa monture, Sylvain se paye ainsi le scalp de son voisin de garage, Chris Dubreucq, durant la séance de qualification. Les deux Audi du VEC-Simracing s’élanceront ainsi côte-à-côte au levé du soleil, 11ème et 12ème.

Mais à Phillip Island, il n’est pas forcément avantageux d’être à l’intérieur au premier virage et Sylvain perdra le bénéfice de sa position dès la courbe suivante. Sur une stratégie agressive, parti avec une voiture allégée, il parviendra tout de même à remonter au 9ème rang avant de céder le volant à Philippe. On ne saura jamais si cette audace était la bonne option puisqu’une pénalité lui sera infligée suite à un contact avec un autre concurrent. Retard qu’il sera par la suite impossible à rattraper et la course se conclue à une amère 16ème place.

A l’inverse et pour la première fois de la saison, la #172 ouvre sa course par un double relais de Chris qui lui permettra de rejoindre les stands à la troisième position. Charge donc à Alex de conclure le travail. Huitième au sortir de la pitlane, il parviendra à franchir la ligne d’arrivée en se classant 6ème. Quelques heures plus tard, ce résultat se transformera sur tapis vert en top 5 suite à la disqualification de l’Alpinestars Geodesic Racing pour non respect du temps de conduite.

Résultat: P5 pour la #172 / P16 pour la #127

Manche 6: 4H d’Interlagos, le 04/04/20

Grâce à ses trois top 5, la #172 de Chris et Alex aborde le dernier rendez-vous de la saison en ayant encore les moyens mathématiques de s’offrir la cinquième place finale de la catégorie TCR. Mais, on l’a dit, le niveau est dense dans cette partie du tableau et la saison pourrait tout aussi bien se conclure au dixième rang.

C’est désormais une tradition, la qualification est relativement moyenne mais le rythme de course et la stratégie sont les armes du duo de la #172. Comme à son habitude, Chris Dubreucq demande le maximum à ses pneumatiques sur le premier relais qu’il conclue à la 6ème place. A ce moment de la course, c’est à la même position que pourrait se conclure le championnat.

Alex, bien que moins véloce, maintient tout de même ses adversaires directs à portée de tir avec l’objectif d’allonger les relais pour permettre à Chris de conclure en boulet de canon. La stratégie a déjà été éprouvée cette saison et pourrait à nouveau porter ses fruits. Mais le château de cartes va s’écrouler suite à une entrée en catastrophe dans la pitlane.

Quarante secondes de pénalité, il va falloir compter sur les déboires des autres pour espérer un revirement de situation. Une fois de plus, la stratégie des autres concurrents s’avère douteuse et Chris parvient à grappiller quelques positions. Cela ne s’avérera malheureusement pas suffisant et la finale, comme le championnat, se concluent à la neuvième position de la catégorie TCR, quelques unités seulement derrière le septième.

Pour sa part, la #127 de Philippe Gaillard et Sebastien Reithmuller va elle aussi escamoter cette dernière manche. Une banale erreur d’inattention et un des pilotes s’inscrit sur la mauvaise voiture. iRacing étant iRacing, impossible de rejoindre par la suite la session sur le bon véhicule et c’est l’abandon avant même de pouvoir prendre le départ…

Résultat: P9 pour la #172 / DNS pour la #127

Pour notre première expérience au sein d’un championnat siglé DGFX, le ressenti global est très positif. Une organisation soignée, un choix de voitures et de circuits pour des courses intéressantes, une direction de course visiblement impartiale et intransigeante. La compétition multi-classe est toujours un challenge et si l’on rencontre toujours des comportements discutables, les choses se sont globalement bien passées.

Les résultats ne sont évidemment pas à la hauteur des espérances qui ont émergé en cours de saison mais on a pu voir des résultats très prometteurs au terme de courses palpitantes et le plaisir était à chaque fois au rendez-vous. Nous allons observer les changements réglementaires à venir avant de prendre une décision quant à un futur engagement, avec notamment l’annonce de l’arrivée du Cayman GT4 qui pourrait bien venir perturber l’équilibre vu cette saison.

A.G