Fanatec GT Challenge

Après plusieurs saisons avec une présence timide pour se concentrer notamment sur les courses de ligues, nombre de nos pilotes ont ressenti un nouvel élan envers les séries officielles. Élan incarné par la résurrection du Fanatec GT Challenge et des GT1 qui en sont l’essence, grâce à l’introduction du nouveau modèle pneumatique dans sa version 7 sur cette catégorie de voitures.

Portée par l’initiative de la Team-R de concentrer le maximum de pilotes sur le créneau du vendredi 19h45 GMT, la communauté francophone s’est ruée sur cette série dont le succès ne s’est pas démenti tout au long de la saison. Pour preuve une affluence régulièrement autour des quarante concurrents en piste et en point d’orgue une course qui a splitté lors de la semaine 11 sur le circuit de Spa. Tout bonnement impensable au regard des dix-huit derniers mois!

Côté VEC-Simracing, on aura compté jusqu’à neuf pilotes en piste, sur la manche de Sebring. Au final, entre résultats décevants, emploi du temps chargé et difficulté à jongler entre des séries aux modèles pneumatiques différents, cinq d’entre eux auront participé au minimum à la moitié de la saison et seul Gonzague Furtos aura rempli le « contrat » de huit semaines. Malgré tout, et bien que son matériel ne lui ait permis d’être présent que sur sept manches, c’est Chris Dubreucq qui aura le mieux su tirer son épingle du jeu dans un championnat où les premiers rôles étaient tenus par des pilotes talentueux. Il s’adjuge ainsi la septième place au général et remporte la division 2. Division 2 qui présente une forte coloration VEC avec trois de nos représentants dans le top 10 et même cinq dans le top 13.

On vous l’avait dit que ça finirait par se voir qu’on aimait la GT1. Il se pourrait d’ailleurs bien que nous continuions sur notre lancée…

iRacing Le Mans Series

Si de nombreux pilotes se sont impliqués dans le bon résultat de l’équipage Cyan 2 dans la version endurance des Le Mans Series, certains se sont également montrés assidus en GTE dans la série sprint, afin de préparer les courses longues pour certains, pour s’entraîner en vue de la ligue AOR pour d’autres, le calendrier de celle-ci étant en grande partie calqué sur celui de l’iELMS. Ainsi, cinq de nos représentants complètent plus de la moitié de la saison et quatre d’entre eux ont été récompensés par les crédits de participation.

A ce petit jeu, c’est Alexandre Godefroy qui place le plus haut les couleurs du VEC-Simracing. En franchissant pour la première fois depuis ses débuts sur iRacing la barre des 1000 points au cours d’une saison officielle, il décroche la 58ème place mondiale dans une des séries les plus populaires d’iRacing et se positionne huitième français. De bon augure pour la Coupe de France GT 2019? Ah bah non, raté. 2020 peut-être? 😀

Rookie iRacing Rallycross Series

L’avantage d’iPitting? On peut traquer les péchés mignons de ses petits camarades… Ainsi, Aymeric Blomme et Fabian Menetrey qui n’ont rien de rookies lorsqu’il s’agit de faire de la poussière (rappelons que Fabian avait toutes les raisons de croire en une qualification pour les RedBull GRX Pro Series à l’apparition du RX sur iRacing) sont aller mener la vie dure à leurs adversaires moins expérimentés. Aymeric a ainsi développé une boulimie pour le Rallycross en étant le seul pilote VEC toutes séries confondues à s’enfiler les douze semaines cette saison. Bien lui en aura pris puisqu’il termine septième mondial, troisième de la division 2 et premier français. Rien que ça…. A.G