Une saison bien étrange que cette saison 8. Le coordinateur historique de cette ligue au sein de l’AOR ayant dû se retirer de l’équipe on aura ressenti comme un flou dans l’organisation malgré les efforts notables de ceux qui ont reprit le flambeau. Et bien qu’un record historique d’inscrits fut établi en début de saison avec 50 titulaires et une trentaine de réservistes, la participation aura fait le yo-yo sur l’ensemble des douze semaines. Cependant, la compétition n’en a pas moins été plaisante et pour la première fois depuis cinq saisons de présence du VEC-Simracing au sein de cette ligue, il aura fallu attendre la dernière manche dans chaque catégorie pour que son champion soit désigné.

Sylvain Moraine – 16ème Pro

S’il en est un pour qui la saison aura été étrange, c’est bien Sylvain. Promu Pro en début de campagne après une solide saison 7, il était logique au vu du niveau de cette catégorie sur les premières courses qu’il serait de nouveau classé Pro/Am. Que neni, les organisateurs ne l’ont pas entendu de cette oreille. Dès lors, obtenir des résultats intéressants s’avérerait peu probable. Difficile dans ces conditions de se fixer un objectif attrayant après avoir lutté pour le titre Pro/Am la saison précédente. Sylvain aura malheureusement souvent eu a ferrailler dans le trafic, les décisions des stewards ne jouant pas souvent en sa faveur. Son meilleur résultat sera tout de même une belle sixième place à Bathurst (s’il-vous-plaît). Nous ne le saurons jamais mais il est à parier qu’il aurait même pu faire bien mieux sur Philip Island où, parti des stands, il termine dixième à moins de 30 secondes du podium au volant d’une RSR survoltée. Rageant.

Alexandre Godefroy – 2ème Pro/Am

Là encore la saison s’annonçait mal. Pour avoir précédemment remporté deux fois en trois participations le championnat Pro/Am, Alexandre se verra lui aussi promu chez les Pros. Il sera rétrogradé après un timide début de saison, pourtant meilleur que celui de Sylvain ceci dit… Malgré tout, même au sein de la « division 2 » de la ligue, le niveau affiché par certains laissait peu d’espoir de bien figurer.

Pourtant, grâce à une stratégie plus efficiente que celle de ses adversaires, à savoir prendre des risques aux moments opportuns et économiser pneus et carburant, il parviendra à s’adjuger deux victoires de catégorie et trois podiums. Suffisant pour se retrouver leader une partie de la saison avec des adversaires menaçants à ses trousses. Las, le rythme de ses poursuivants finira par payer et ce n’est que dans l’ultime course de la saison que les derniers espoirs de triple couronne s’envoleront. Pour deux points. Le moment clé? La septième manche, à la maison, au Mans, où après son unique pole de la saison, Alexandre oubliera purement et simplement de prendre place sur la grille. To finish first, fist you have to… start.

Philippe Gaillard – 4ème Pro/Am

Le tôlier. Cinquième saison de présence et d’assiduité. Après cinq premières manches en dents de scie, bien malin qui aurait pu prédire la quatrième place finale de la catégorie pour Philippe. Puis à Philip Island, comme un présage, c’est le déclic. Pole position et premier podium de la saison, suivi d’une victoire au Mans acquise de haute lutte dans le dernier tour, une deuxième place par la suite et voilà franchis les 2/3 de la saison avec deux VEC en bonne position pour rafler la mise chez les Pro/Am. Les deux compères roulent en Ferrari; de quoi envisager à des passes d’armes dignes de Vettel/Leclerc…

Malheureusement pour Philippe les dernières manches seront plus compliquées et il verra même le podium lui filer entre les doigts. Ce résultat reste tout de même sa meilleur performance depuis ses débuts au sein de la ligue. Belle saison!

Sebastien Reithmuller – 11ème Pro/Am

Bien que réserviste en début de saison, Sebastien ne manquera que trois courses. Avec deux « drop weeks » autorisées il aura donc eu l’occasion de défendre ses chances au championnat à armes presque égales. Malgré tout, au moment de faire le bilan comptable on ne peut que regretter ces absences forcées qui auraient pu être autant de chances de marquer de gros points. En effet, cette saison aura marqué un tournant pour Seb dans la compréhension des setups de sa Ferrari et à bien des reprises il a eu entre ses mains une monture réglée aux petits oignons. Pour preuve, une deuxième place à Spa sur les talons d’Alex et une troisième place à Motegi pour ce qui sera un podium Pro/Am 100% VEC. La performance est là, seule aura peut-être manqué la régularité au cours de la saison. Encore 2-3 analyses de graphiques et c’est la victoire 🙂

Pour la première fois, la ligue AOR GTE s’accorde, ainsi qu’à ses pilotes, un mois de vacances entre deux saisons avec probablement quelques changements/nouveautés en cours de réflexion pour essayer d’assurer un plateau fourni de manière pérenne. Mais à n’en pas douter, nous retrouverons des pilotes VEC-Simracing en saison 9.

A.G