Le VEC-Simracing et l’équipage Magenta en particulier concluent la saison des Road Warriors comme ils l’avaient débuté à Daytona, en accrochant une troisième place. Sur le circuit de Road Atlanta se tenait ce week-end le « Petit Le Mans », une course de 10h typée IMSA avec arrivée nocturne qui vient traditionnellement conclure les événement spéciaux d’iRacing pour ce qui est du côté « Road ». Avec l’arrivée de trois nouvelles têtes au sein de l’équipe, nous avons pu aligner quatre équipages dans la catégorie GTE.

La Magenta

Lionel Blondiau et Sylvain Moraine auront choisi de se démarquer des autres équipages de la VEC en optant pour la Porsche 911 RSR. Partis dixièmes dans le split 7, composé de 24 GTE et 20 GT3, ils ont effectué une course sage, sans pépin majeur, ce qui se traduit par le titre honorifique d’équipage le plus propre de l’ensemble de cette édition 2019 (statistique fournie par iPitting).

Savoir éviter les nombreux pièges que ce tracé peut réserver, notamment en multi-classe, se sera avéré essentiel dans la conquête d’un nouveau podium pour la Magenta après celui obtenu au mois de Janvier en Floride. Après un départ prudent ils auront ainsi vu leurs adversaires tomber un à un, leur permettant de progresser petit à petit dans le classement avant de sécuriser la troisième place finale dans les deux dernières heures. Champagne!

La Jaune

C’est l’occasion d’accueillir deux nouveaux membres au sein de la team… Après avoir accompli leurs deux endurances préalables à leur intégration, Marc Cuminal et Antoine Goulvent inauguraient ici leurs nouvelles couleurs, accompagnés par Aymeric Blomme qui a souvent croisé leur route par le passé en iELMS.

Dans le même split que la Magenta, la Jaune aura vécu une course bien différente. Parti aux côtés de la voiture sœur, Antoine allait rapidement remonter jusqu’à la cinquième place. Par la suite, quelques difficultés dans un trafic délicat à gérer viendront doucher l’enthousiasme de l’équipage qui se verra reprendre la piste au-delà de la trentième place au général. S’ensuivra alors une longue remontée malgré une voiture amochée jusqu’à la douzième place. Baptême du feu accompli, bienvenu les gars!

La Rouge

A l’image de la Magenta, la course de Gonzague Furtos, Alexandre Godefroy et Frederic Lux aura été un long fleuve tranquille. Partis 28ème du split 10 au sein d’un peloton de 44 GTE, c’est comme le veut la tradition Gonzague qui met l’équipage sur les rails. Malgré une voiture difficile dans les conditions de forte chaleur de ce début de course il parviendra à passer au travers des gouttes d’un départ intense avant de céder le volant à ses camarades.

Il s’avère assez rapidement que la Rouge est bien plus économe que ses adversaires et n’effectuant aucune erreur préjudiciable elle s’assure ainsi une remontée à petit rythme dans le classement. Déjà assuré d’un top 10, un double relais en fin de course permettra au trio de s’offrir tout de même un peu de suspense avec deux places potentielles à aller chercher. Le contact s’effectuera à dix minutes de la fin mais face à une équipe en pneus neufs et après avoir manquer de finir dans le mur, la huitième place finale sera validée.

La Cyan

Notre troisième recrue s’est alignée aux côtés de Jérémy Hoppé et Sebastien Reithmuller. Sebastien Guyonnet célébrait lui aussi officiellement sa première endurance sous nos couleurs ce samedi et il s’en souviendra sûrement! Alignée dans le même split que la Rouge, la Cyan s’élançait du vingtième rang. Les conditions chaudes? Pas un problème pour Jérémy qui affichait un rythme impressionnant d’entrée de jeu pour s’installer aux portes du top 5 dès la fin du premier relais.

Très vite, il est apparu qu’il serait impossible d’aller chercher les deux premiers équipages mais la troisième place était un objectif réaliste qui devint réalité sur les coups de la mi-course. Là encore, grâce à une course sans encombres majeurs, on s’apprêtait à sortir le champagne lorsqu’un adversaire visiblement mal réveillé (pour rester poli) allait envoyer Jérémy dans le mur à moins de 30 minutes de l’arrivée, en le dépassant pourtant en ligne droite… Course finie, 23ème place finale, amertume…

Une belle année

Présent sur tous les Road Warriors de l’année à l’exception du Bathurst 1000, le VEC-Simracing aura inscrit pas moins de 5 podiums sur huit événements avec une victoire au 6h du Glen, une deuxième place au 12h Sebring et des troisièmes places aux 24h de Daytona et du Nürburgring.

Rarement la participation globale aura été si importante tout au long de l’année avec souvent plus de 10 splits, confirmant l’attrait de l’endurance, évidemment boosté par l’avènement du cycle jour/nuit sur iRacing. Espérons que la prochaine étape soit l’introduction du NTMv7 pour (peut-être?) calmer les esprits lors des départs où l’on croise malheureusement toujours certains spécimens qui n’ont probablement jamais lu Lafontaine.

Rendez-vous à tous en 2020 à Daytona!

A.G